Entre le riche et le pauvre

Un début de quinquenat favorable aux riches.

Ces élus macronistes qui trouvent qu'on en fait trop pour les riches.

En résumé

Une partie de la majorité trouve que le début du quinquennat est trop orienté à droite et invite le gouvernement à "faire plus et plus vite pour ceux qui ont moins".

Contexte

Avec la disparition de l'ISF et la baisse de la taxation des revenus du capital, plusieurs élus de la majorité trouvent qu'on en fait trop pour les riches et pas assez pour les pauvres. 

Problème posé

Plusieurs députés de la majorité se rendent compte que les lois votées penchent trop à droite.

Prise de position

Lors de la loi logement, Martine Wonner défend le droit des sans-abris.

Pour Sonia Krimi, il faut s'organiser mieux : "On ne peut pas se contenter de faire des tribunes et des prises de parole pour dire il faut être plus humain et plus ouvert. Il faut aussi bosser, écrire des amendements, travailler sur les textes bien en amont."

Convergences

Le texte autorisant l'exécutif à légiférer par ordonnances a été appelé par les communistes : "loi de démolition sociale".

76 % des Français estiment que la politique menée par M. Macron est injuste.

Remarque au 03/06/2023

Dans mon souvenir, j'avais noté que les réformes concernant les pauvres leur étaient défavorables (5€ en moins pour les APL, réforme du code du travail par ordonnances…).

Mots clés

LREM, ISF, riches, pauvres, Sonia Krimi, Martine Wonner, sans-abris

Sources

https://www.lemonde.fr/politique/

 

----- Par Jim - BFC -----

Dernières actualités

Le Conseil de Prud'hommes de Nancy annule la suspension d'un soignant !

Le conseil des prud'hommes de Nancy du 3 juillet 2024 a annulé la suspension d...

Sentez-vous libre !

Ensemble soyons libres, ensemble continuons à défendre toutes les libertés

Lettre de Martine Wonner à Emmanuel Macron le 28 octobre 2020

Monsieur le Président, la France doit reprendre l'initiative et montrer son...

Dissolution, élections : la mascarade bat son plein !

La démocratie directe n’attend que vous tous, nous tous, pour réécrire ensemble...